Petit carnet de notes d’un livre qui s’écrit le soir quand bébé dort. #2



Dimanche 19 juillet 2020

22h. Je me perds dans mes mots, dans ce tumulte que j’appelle livre, dans cette historie que je raconte et qui me représente...Ce soir l’inspiration est douce mais féroce comme si elle ne me laissait pas le temps de souffler comme si je devais à tout prix l’écouter sans oser m’interposer. J’ai suivi son rythme et j’en suis heureuse car j’ai avancé ce soir et je n’ai pas eu peur d’être à court de mot.


Mardi 21 juillet 2020

20h30. Le chapitre que je suis en train de travailler et retravailler est plutôt difficile à écrire...il y a tellement d’émotions qui se mêlent un peu partout en moi que j’essaie de garder le cap sans trop pleurer ... je cherche toujours à savoir comment il va se terminer mais surtout comment il va commencer. Je croyais le savoir mais maintenant je n’en suis plus certaine. J’ai tellement d’idées.


Mercredi 22 juillet 2020

21h30. Ce soir, je travaille à l’ordinateur n’ayant pu imprimer quelques chapitres avant de rejoindre mon oasis de paix. J’aime écrire les grandes lignes à l’ordinateur et par la suite laisser mon cœur et mon âme retrouver le papier et le crayon. Et bien sûr l’inspiration...alors ce soir, c’est différent d'essayer que mes émotions ne soient pas brimer par le clavier. Mais ce n’est que pour quelques chapitres. Ensuite je reprends le crayon.

Le livre avance ... très bien même. Je crois avoir trouvé le titre. J’ai quelques idées. Mais un titre m’accroche plus que les autres.


Jeudi 23 juillet 2020

22h30. Je crois que c’est le premier livre que j’écris aussi vite en si peu de temps (j’écris le soir environ 2h mais ça dépend des soirs...parfois plus parfois moins). C’est une nouvelle routine de travail et j’aime ça. J’arrive parfois à écrire un peu le jour mais pour le moment c’est surtout le soir. Bref ce soir durant mon écriture j’ai été très très inspiré un peu comme si l’inspiration se déversait en mon âme si rapidement que je devais vite en extraire les mots avant qu’elle ne disparaisse. Mais avec ce livre je relis sans cesse le début car de nouvelles idées surgissent toujours ...


Vendredi 24 juillet 2020

22h15. Je baille. Plus que d’habitude. C’est sûrement parce que je n’ai pas bien dormi la nuit dernière. En fait depuis les derniers semaines, le sommeil de bébé a changé aussi et ça me laisse peu d’heures pour dormir. Mais même si je baille même si la fatigue m’enveloppe de son manteau le plus épais même si mes yeux se ferment et s’ouvrent un peu comme si j’allais m’endormir d’une minute à l’autre, j’écris...sans trop m’arrêter en laissant l’inspiration qui elle ne connaît pas la fatigue, poursuivre le travail. J’expérimente une nouvelle forme de travail et ça me plaît. Pas au sujet de la fatigue mais plutôt de la manière dont je procède pour écrire ce livre. Je n’ai encore jamais écrit un livre de ce genre...du moins pas exactement comme ça. J’aimerais tellement en dire plus mais je préfère attendre. Il est même pas 23h mais la fatigue est trop persistante ce soir. J’ai commencé un peu plus tard à travailler et j’aurais écrire très tard mais ...si seulement la nuit derrière j’avais pu bien dormir. Vais-je prendre congé demain soir? À suivre. L’inspiration me laisse rarement tranquille ces jours-ci.

REJOIGNEZ MA LISTE D'ABONNÉS

© 2020 Karine Malenfant

  • Instagram
  • Facebook
  • Facebook
  • Instagram